Nos projets

Content Image

An alpine valley in spring, with green trees and snowy peaks.

La Fondation Alpine Eagle a pour devise « Préserver les Alpes », un objectif explicite, large et philanthropique. Outre le projet initial, qui visait à réintroduire l’aigle royal dans son habitat naturel, des objectifs plus larges sont poursuivis, visant à sensibiliser, à mobiliser des soutiens et à agir en faveur de l’ensemble du massif alpin et de la vie qu’il abrite.

résidents dans les Alpes

+
0
mil.

visiteurs annuels

+
0
mil.

diminution du volume des glaciers
depuis 1850

0
%

résidents dans les Alpes

+
0
mil.

visiteurs annuels

+
0
mil.

diminution du volume des glaciers depuis 1850

0
%

Lorem ipsum

+
0
mil.

Lorem ipsum

+
0
mil.

Ipsum lorem

0
%

La Fondation Alpine Eagle est fière de participer au soutien des « Aigles du Léman« , un projet né dans l’esprit du fauconnier Jacques-Olivier Travers et fondé en 2009 à Sciez (France) pour réintroduire le pygargue à queue blanche dans les Alpes. A l’époque, ce fier oiseau n’avait pas été vu en France depuis 1959 (Corse) et 1892 (Thonon-les- Bains) et les espoirs d’un retour rapide semblaient très minces. Il n’y avait pratiquement aucun pygargue à queue blanche en captivité dans le pays et la reproduction de l’espèce dans les zoos était rare.

A baby eagle in its nest, next to another unhatched egg.

En 2009, « Les Aigles du Léman » ont fait venir les premiers individus de Russie. En 2012, le premier couple s’est formé et a mis quatre ans à se reproduire.

Depuis 2017, de nouveaux couples se sont formés, se reproduisant progressivement chaque année, rejoints par neuf couples en 2021, dont cinq reproducteurs, grâce à la coopération de zoos français (Puy du Fou, Amnéville) et européens (Veldhoven).

Aujourd’hui, les pygargues à queue blanche du projet « Aigles du Léman » ont été vus à travers le monde, de la Tour Eiffel au Burj Khalifa en passant par le stade olympique de Londres, à Vienne, à Berlin et à Rotterdam.

Les images des caméras placées sur le dos de nos oiseaux ont également fourni un point de vue unique sur les grands glaciers des Alpes, les déserts du Moyen-Orient et les îles grecques…

Grâce à la recherche, à la consultation, à l’observation par webcam et à une politique d’amélioration continue, le projet a remporté l’adhésion des spécialistes et du public, intérêt fortement renforcé par la découverte des derniers bébés au parc de Thonon-les-Bains…


Un aigle survolant une vallée alpine sous les nuages.

Le pygargue à queue blanche, à l’envergure majestueuse, avait disparu depuis 130 ans de son habitat naturel dans les plaines densément peuplées de la région lémanique. Grâce au financement de la Fondation Alpine Eagle et du parc animalier des Aigles du Léman, créé à Sciez (Haute-Savoie, France) par le fauconnier Jacques-Olivier Travers, de nouveaux spécimens ont été introduits dans la région en 2009.

Le 18 juin 2022, le premier aiglon d’une portée de quatre a été relâché avec succès après avoir passé 81 jours dans le nid de ses parents. Grâce à une balise GPS installée sur le volatile pour assurer un suivi quotidien de données précises sur sa localisation, son rythme cardiaque et son alimentation, les premiers signes d’adaptation dans la nature ont été positifs. Grâce à cette première action, plus de 80 pygargues à queue blanche seront relâchés sur les rives du Léman au cours des huit prochaines années.

Grâce à la recherche, à la consultation, à l’observation par webcam et à une politique d’amélioration continue, le projet a remporté l’adhésion des spécialistes et du public, intérêt fortement renforcé par la découverte des derniers bébés au parc de Thonon-les-Bains…