Nos Projets

Content Image
An alpine valley in spring, with green trees and snowy peaks.

Nos Projets

Préserver les Alpes

Un vaste objectif philanthropique

La Fondation Alpine Eagle a pour devise « Préserver les Alpes », un objectif explicite, large et philanthropique. Outre le projet initial, qui visait à réintroduire l’aigle royal dans son habitat naturel, des objectifs plus larges sont poursuivis, visant à sensibiliser, à mobiliser des soutiens et à agir en faveur de l’ensemble du massif alpin et de la vie qu’il abrite.

résidents dans les Alpes

+ 0 mil.

visiteurs annuels

+ 0 mil.

diminution du volume des glaciers
depuis 1850

0 %

résidents dans les Alpes

+ 0 mil.

visiteurs annuels

+ 0 mil.

diminution du volume des glaciers depuis 1850

0 %

Lorem ipsum

+ 0 mil.

Lorem ipsum

+ 0 mil.

Ipsum lorem

0 %

Réintroduction du pygargue à queue blanche

La Fondation Alpine Eagle est fière de participer au soutien des « Aigles du Léman« , un projet né dans l’esprit du fauconnier Jacques-Olivier Travers et fondé en 2009 à Sciez (France) pour réintroduire le pygargue à queue blanche dans les Alpes. A l’époque, ce fier oiseau n’avait pas été vu en France depuis 1959 (Corse) et 1892 (Thonon-les- Bains) et les espoirs d’un retour rapide semblaient très minces. Il n’y avait pratiquement aucun pygargue à queue blanche en captivité dans le pays et la reproduction de l’espèce dans les zoos était rare.

A baby eagle in its nest, next to another unhatched egg.

2009,
les premiers
individus

En 2009, « Les Aigles du Léman » ont fait venir les premiers individus de Russie. En 2012, le premier couple s’est formé et a mis quatre ans à se reproduire.

Depuis 2017, de nouveaux couples se sont formés, se reproduisant progressivement chaque année, rejoints par neuf couples en 2021, dont cinq reproducteurs, grâce à la coopération de zoos français (Puy du Fou, Amnéville) et européens (Veldhoven).

Camera 360°
à dos d'aigle

Aujourd’hui, les pygargues à queue blanche du projet « Aigles du Léman » ont été vus à travers le monde, de la Tour Eiffel au Burj Khalifa en passant par le stade olympique de Londres, à Vienne, à Berlin et à Rotterdam.

Les images des caméras placées sur le dos de nos oiseaux ont également fourni un point de vue unique sur les grands glaciers des Alpes, les déserts du Moyen-Orient et les îles grecques…

Grâce à la recherche, à la consultation, à l’observation par webcam et à une politique d’amélioration continue, le projet a remporté l’adhésion des spécialistes et du public, intérêt fortement renforcé par la découverte des derniers bébés au parc de Thonon-les-Bains…

SOutenez-nous

Grâce à la recherche, à la consultation, à l’observation par webcam et à une politique d’amélioration continue, le projet a remporté l’adhésion des spécialistes et du public, intérêt fortement renforcé par la découverte des derniers bébés au parc de Thonon-les-Bains…